FOLLOW US

Matte’s Mandate: ARPAC CEO shares four comments on 2035 emissions target

Montreal, Quebec— When it comes to electric vehicle batteries, the Association of Auto Parts Recyclers share a question in common with much of the general Canadian public: “What end of life electric vehicle battery strategies need to be in place to support our environmental goals while achieving the one hundred percent zero-emission vehicle target by 2035?”

Luckily, ARPAC has a number of answers. Specifically, four “comments” from association CEO Simon Matte on how they will attempt to guide the automotive recycling industry for when electric vehicles and their batteries wind up in salvage yards.

Matte’s first comment speaks to the need for ARPAC to reassure Canadians that automobiles have been recycled in this country for more than a century and EVs won’t be what stops that.

Secondly, Canadians can be set at ease when their EV reaches the end of its life as any business that is a member of Automotive Recyclers of Canada (ARC) is proven to be a qualified dealer, able to safely and sustainably dismantle and recycle an EV according to Canadian Automotive Recyclers Environmental Code standards.

Batteries taken in by an ARC-member facility can be inventoried, inspected and re-sold to repair another vehicle or to companies who deal in the manufacturing of energy storage equipment.

Finally, Matte suggests a tax for buyers looking to export Canadian parts from EVs that could contain valuable minerals that could otherwise be re-integrated into the manufacturing process.

Montreal, Quebec — En ce qui concerne les batteries de véhicules électriques, l’Association des recycleurs de pièces d’autos et de camions partage une question commune avec une grande partie du grand public canadien : « Quelles stratégies de fin de vie des batteries de véhicules électriques doivent être mises en place pour soutenir nos objectifs environnementaux ? tout en atteignant l’objectif de cent pour cent de véhicules zéro émission d’ici 2035 ? »

Heureusement, l’ARPAC a plusieurs réponses. Plus précisément, quatre “commentaires” du président-directeur général de l’association, Simon Matte, sur la manière dont ils tenteront de guider l’industrie du recyclage automobile lorsque les véhicules électriques et leurs batteries se retrouveront dans des chantiers de récupération.

Le premier commentaire de Matte parle de la nécessité pour l’ARPAC de rassurer les Canadiens sur le fait que les automobiles sont recyclées dans ce pays depuis plus d’un siècle et que les véhicules électriques ne seront pas ce qui arrêtera cela.

Deuxièmement, les Canadiens peuvent être rassurés lorsque leur véhicule électrique arrive en fin de vie, car toute entreprise membre des Recycleurs automobiles du Canada (ARC) s’avère être un concessionnaire qualifié, capable de démonter et de recycler un véhicule électrique en toute sécurité et de manière durable. selon les normes du Canadian Automotive Recyclers Environmental Code.

Les batteries prises en charge par une installation membre de l’ARC peuvent être inventoriées, inspectées et revendues, pour réparer d’autres véhicules ou à des entreprises qui s’occupent de la fabrication d’équipements de stockage d’énergie.

Enfin, Matte suggère une taxe pour les acheteurs qui cherchent à exporter des pièces canadiennes des VÉ qui pourraient contenir des minéraux critiques et stratégiques qui pourraient autrement être réintégrés dans le processus de fabrication.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Leave a Reply

Your email address will not be published.