FOLLOW US

Reselling Grades Failing

By/Par Gideon Scanlon

As cross-business inventory networks become normal, the collision sector complains

In March of 2018, recyclers attending the OARA Annual conference and Trade Show heard a speech from industry advocate J.C. Cahill. As keynote speaker, he told the audience that auto recyclers who wanted to compete should be doing three things: keeping track of competitors inventories in order to offer their customers access to a broader marketplace, providing clear photographs and consistent grading information to customers and reaching out to auto repair facilities in order to build relationships.

At the time, Canadian Auto Recyclers had conducted a survey of listeners. Of the 23 attendees who answered the short questionnaire, just two took issue with the content of the speech. In both cases, the concern stated was that it did not provide the respondent with new information. The other 21 felt the advice wasn’t just good, but novel.

Two years on, and it seems time to reconsider the value of this advice. The first piece—that recyclers should be listing products found in competitors inventories has become standard practice throughout the industry.

In fact, were this advice to be given out at an association meeting today, it would appear so obvious that it would be met with rolled eyes. Just as stockbrokers do not need to be reminded to buy low and sell high, auto recyclers know that it is better to act as a parts middleman than to disappoint a client. The second part, that auto recyclers should be making photos of parts and parts grading information clear and consistent has also been widely accepted. Unfortunately, with this wide acceptance of the need for cleareyed and honest parts appraisals, the possibility of abuse has become too tempting for some bad actors.

Perhaps the collision repair community’s feelings on the current parts-grading standards are best summed up by the words of one disenchanted customer who spoke with Canadian Auto Recycler.

With some recycled parts providers providing misleading photos and optimistic gradings, the system is falling apart. Worse, with many parts passing through innocent middlemen within the industry, it is becoming harder for buyers to judge the difference between good and bad actors. “Time and time and time again the issue boils down to quality. I just received a A-grade door, which was rusted out on the inner lip. Now I have to fight to get a credit from the supplier,” the collision industry professional said. “Recycler’s need to understand we are forced to put a lifetime warranty on these parts by the insurers. Junk yard parts don’t cut it anymore.”

What makes this quote particularly telling is that Canadian Auto Recycler has managed to confirm that the part in question was not originally pulled by the vendor who sold it to the collision repairer. In fact, it appears that the business, once a trusted partner of the repairer, managed to worsen its reputation with a long-time client by relying on a networked inventory partner.

What makes this sting even more is that repairers who are generally averse to using recycled parts often make exceptions for businesses they consider honest.

As another repairer told the magazine, “Part quality differs from listed on a consistant basis. I won’t work with them unless they are proven to be honest.” Recyclers should note that this problem is having financial repurcussions. In 2020, collision repairers appear to be less interested in working with auto recyclers than in previous years.

According to a recent survey of Collision Repair readers have reported using a lower quantity of recycled parts through 2020 than in previous years. While 64 per cent of readers who responded to a survey said their collision facilities used approximately the same amount of recycled parts in 2020 as 2019, close to 30 per cent of respondents indicated they had stopped using as many recycled parts. Just seven per cent indicated increasing the amount of parts purchases from recycling facilities.

The survey also indicated a rise in concerns about the quality of recycled parts among collision repair professionals. All respondents agreed that the quality of parts was frequently a disappointment on parts ordered from auto recycling facilities. In 2018, with that figure sat at 80 percent.

“Part quality differs from listed on a consistant basis,” wrote one respondent. Part quality labelling inconsistencies might be the most vexing issued facing collision facilities, but it is not their only concern. Inconsistencies in how a product looks when it arrives is also a major concern.

“THERE IS A QUALITY THRESHOLD FOR PARTS WE ACCEPT FOR OUR BUSINESS. WE NEED A BUSINESS TO BE HONEST IF IT IS PROVIDING US WITH PARTS BELOW OUR THRESHOLD.”

Another repairer, who would buy from LKQ, but not other recyclers, made a different point.

“With price-matching into the equation, the use of LKQ parts is significantly reduced.”

This raises another question about the value of listing competitor’s parts in inventories. Is not being able to list a product particularly damaging to a business’s reputation? After a long global pandemic in which most consumers have become more comfortable buying products online, the inconvenience of splitting bulk purchases between vendors is more normal. While a facility offering a smaller, but high-quality parts selection might have been hammered in 2018 by competitors offering broader offerings, it seems the reverse could be true in 2021.

While the gulf between auto repair facilities and recyclers may be growing, recyclers appear to be making headway with other groups.

The proportion of customers requesting the use of recycled parts appears to be on the rise—likely the result of the sector’s focus on its ecological benefits. In the same survey, close to three-in-ten respondents indicated that customers requested recycled parts over new ones.

In fact, where Canadian Auto Recyclers spoke with drivers in 2017, none of the 16 sampled drivers said they felt comfortable having repaired parts used in their vehicle. Following the results of the Collision Repair survey, this magazine reached out to the same 16 drivers.

Four stated a preference for recycled products. All of those who had been swayed said they viewed recycled products as more sustainable. “Even if there’s no difference in price, I’d prefer the greener option.”

Almost 30 PER CENT of auto repair facilities SPENT MORE on recycler parts in 2020 than in 2021!
Just SEVEN PER CENT of auto repair facilities CUT THEIR USE of recycled parts in 2020!

Alors que les réseaux d’inventaire interentreprises deviennent normaux, le secteur des collisions se plaint

En mars 2018, les recycleurs participant à la conférence annuelle et au salon commercial OARA ont entendu un discours du défenseur de l’industrie J.C. Cahill. En tant que conférencier principal, il a déclaré à l’auditoire que les recycleurs automobiles qui voulaient être compétitifs devraient faire trois choses: suivre les inventaires des concurrents afin d’offrir à leurs clients un accès à un marché plus large, fournir des photographies claires et des informations de classement cohérentes aux clients et tendre la main. aux installations de réparation automobile afin d’établir des relations.

À l’époque, Canadian Auto Recyclers avait mené un sondage auprès des auditeurs. De les 23 participants qui ont répondu au bref questionnaire, deux seulement ont contesté le contenu du discours. Dans les deux cas, la préoccupation exprimée était qu’elle ne fournissait pas de nouvelles informations au répondant. Les 21 autres ont estimé que les conseils n’étaient pas seulement bons, mais nouveaux.

Deux ans plus tard, il semble temps de reconsidérer la valeur de ces conseils.

Le premier élément, à savoir que les recycleurs devraient répertorier les produits trouvés dans les inventaires des concurrents, est devenu une pratique courante dans toute l’industrie. En fait, si ce conseil devait être donné lors d’une réunion d’association aujourd’hui, il semblerait tellement évident qu’il serait accueilli avec des yeux roulés. Tout comme les courtiers en valeurs mobilières n’ont pas besoin de se faire rappeler d’acheter à bas prix et de vendre à prix élevé, les recycleurs automobiles savent qu’il vaut mieux agir comme intermédiaire de pièces que de décevoir un client.

La deuxième partie, à savoir que les recycleurs automobiles devraient rendre les photos des pièces et des informations de classement des pièces claires et cohérentes, a également été largement acceptée. Malheureusement, avec cette large acceptation de la nécessité de procéder à des évaluations de pièces claires et honnêtes, la possibilité d’abus est devenue trop tentante pour certains mauvais acteurs.

Peut-être que les sentiments de la communauté des carrossiers à l’égard des normes actuelles de classement des pièces sont mieux résumés par les paroles d’un client désenchanté qui s’est entretenu avec Canadian Auto Recycler. Certains fournisseurs de pièces recyclées fournissant des photos trompeuses et des classements optimistes, le système s’effondre. Pire encore, de nombreuses parties passant par des intermédiaires innocents au sein de l’industrie, il devient de plus en plus difficile pour les acheteurs de juger de la différence entre les bons et les mauvais acteurs.

«Le problème se résume maintes et maintes fois à la qualité. Je viens de recevoir une porte de qualité A, qui était rouillée sur la lèvre intérieure. Maintenant, je dois me battre pour obtenir un crédit du fournisseur,» le professionnel de l’industrie de la collision m’a dit. «Les recycleurs doivent comprendre que nous sommes obligés de mettre une garantie à vie sur ces pièces par les assureurs. Les pièces de ferraille ne les coupent plus.» Ce qui rend cette citation particulièrement révélatrice, c’est que Canadian Auto Recycler a réussi à confirmer que la pièce en question n’a pas été tirée à l’origine par le vendeur qui l’a vendue au réparateur. En fait, il semble que l’entreprise, autrefois partenaire de confiance du réparateur, ait réussi à empirer sa réputation auprès d’un client de longue date en s’appuyant sur un partenaire d’inventaire en réseau.

Ce qui rend cette piqûre encore plus importante, c’est que les réparateurs qui sont généralement opposés à l’utilisation de pièces recyclées font souvent des exceptions pour les entreprises qu’ils considèrent honnêtes.

Comme un autre réparateur l’a dit au magazine, «la qualité des pièces diffère de celle des pièces répertoriées sur une base constante. Je ne travaillerai pas avec eux à moins qu’ils ne soient avérés honnêtes».

Les recycleurs doivent noter que ce problème a des répercussions financières. En 2020, les carrossiers semblent moins intéressés à travailler avec les recycleurs automobiles que les années précédentes.

Selon une récente enquête menée auprès de Collision Repair, les lecteurs ont signalé avoir utilisé une quantité moindre de pièces recyclées jusqu’en 2020 que les années précédentes. Alors que 64% des lecteurs qui ont répondu à un sondage ont déclaré que leurs installations de collision utilisaient approximativement la même quantité de pièces recyclées en 2020 qu’en 2019, près de 30% des répondants ont indiqué qu’ils avaient cessé d’utiliser autant de pièces recyclées. Seulement 7% ont indiqué avoir augmenté le montant des achats de pièces auprès des installations de recyclage.

L’enquête a également révélé une augmentation des préoccupations concernant la qualité des pièces recyclées chez les professionnels de la réparation de carrosserie. Tous les répondants ont convenu que la qualité des pièces était souvent une déception sur les pièces commandées aux installations de recyclage automobile. En 2018, ce chiffre était de 80%.

«La qualité des pièces diffère de la liste sur une base constante», a écrit un répondant.

Les incohérences d’étiquetage de la qualité des pièces sont peut-être les plus vexantes pour les installations de collision, mais ce n’est pas leur seule préoccupation. Les incohérences dans l’apparence d’un produit à son arrivée constituent également une préoccupation majeure.

«La plupart des assureurs ne paient qu’une heure à deux heures maximum pour nettoyer les pièces usagées. Nous vérifions donc généralement avec le recycleur la qualité avant de citer les pièces usagées. Nous n’utilisons jamais d’articles tels que les pare-chocs à moins que l’assureur ne le prescrive. Nettoyage le temps est, trop souvent, plus que ce pour quoi nous sommes payés. » Tous les domaines du secteur du recyclage automobile ne sont pas punis par cette trempe dans la foi. Les grandes organisations centralisées – les organisations mêmes avec lesquelles la mise en réseau de l’inventaire interentreprises a été conçue pour aider les installations de recyclage automobile à concurrencer – semblent être stimulées par les préoccupations des installations de collision.

Interrogés sur les installations de recyclage auprès desquelles les répondants étaient les plus heureux de commander, les répondants ont nommé LKQ et SGI Salvage. Aucun n’a répondu avec le nom d’un établissement local. Comme l’a expliqué un réparateur, les grandes entreprises dotées de techniques de classement des pièces cohérentes offraient quelque chose qui n’était pas offert par les recycleurs indépendants annonçant les pièces des concurrents.

«Il existe un seuil de qualité pour les pièces que nous acceptons pour notre entreprise. Nous avons besoin d’une entreprise pour être honnête si elle nous fournit des pièces en dessous de notre seuil. » Un autre réparateur, qui achèterait à LKQ, mais pas à d’autres recycleurs, a fait un point différent.

«Avec la mise en correspondance des prix dans l’équation, l’utilisation des pièces LKQ est considérablement réduite. »

Cela soulève une autre question sur la valeur de l’inscription des pièces des concurrents dans les inventaires. Ne pas pouvoir lister un produit est-il particulièrement préjudiciable à la réputation d’une entreprise? Après une longue pandémie mondiale au cours de laquelle la plupart des consommateurs sont devenus plus à l’aise pour acheter des produits en ligne, l’inconvénient de répartir les achats en gros entre les fournisseurs est plus normal.

Bien qu’une installation offrant une sélection de pièces plus petite mais de haute qualité ait pu être martelée en 2018 par des concurrents proposant des offres plus larges, il semble que l’inverse pourrait être vrai en 2021. Alors que le fossé entre les installations de réparation automobile et les recycleurs peut se creuser, les recycleurs semblent faire des progrès avec d’autres groupes.

La proportion de clients demandant l’utilisation de pièces recyclées semble être à la hausse – probablement en raison de l’accent mis par le secteur sur ses avantages écologiques. Dans le même sondage, près de trois répondants sur dix ont indiqué que les clients demandaient des pièces recyclées plutôt que des neuves.

En fait, là où Canadian Auto Recyclers se sont entretenus avec des conducteurs en 2017, aucun des 16 conducteurs échantillonnés n’a déclaré se sentir à l’aise d’avoir réparé des pièces utilisées dans son véhicule. Suite aux résultats de l’enquête Collision Repair, ce magazine a contacté les 16 mêmes conducteurs.

Quatre ont indiqué une préférence pour les produits recyclés. Tous ceux qui ont été influencés ont déclaré qu’ils considéraient les produits recyclés comme plus durables. «Même s’il n’y a pas de différence de prix, je préfère l’option la plus verte. »

Près de 30 POUR CENT des ateliers de réparation automobile ont DÉPENSÉ PLUS en pièces de recyclage en 2020 qu’en 2021!
Seulement SEPT POUR CENT des installations de réparation automobile ont RÉDUIT LEUR UTILISATION de pièces recyclées en 2020!
Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *